ACTIVITÉS

Club en littérature

Les quatre rencontres d’une durée de deux heures coûtent 50 $. Cette activité est réservée aux membres de l’Association et est animée par Karine Fortin. Cette dernière anime des clubs de lecture en bibliothèques depuis 2009 en tant qu’animatrice culturelle, diplômée en Études littéraires et en Animation culturelle. Les rencontres sont au cœur de sa démarche de médiatrice entre les livres, les bibliothèques et les citoyen.nes. Elle est convaincue que la littérature, par la liberté qu’elle donne aux lecteur.ices, ouvre à différentes expériences et aux changements profonds.

 

DATES DES RENCONTRES :

Groupe 1 : en mode PRÉSENTIEL : mardi 6 septembre et jeudis 6 octobre, 3 novembre et 1er décembre de 13 h 30 à 15 h 30 (complet)

Groupe 2 : en mode VIRTUEL : jeudi 22 septembre, 27 octobre, 24 novembre et 15 décembre de 19 h à 21 h (complet)

 

Vous pouvez vous inscrire en envoyant un courriel à l’adresse suivante : amis@banq.qc.ca.

Votre confirmation d’inscription ainsi que les modalités de paiement (en mode électronique) vous seront envoyées au retour de nos vacances en août.

Prenez note que les places sont attribuées selon le principe du « premier arrivé, premier servi ». S’il reste encore des places, nous ouvrirons à nouveau les inscriptions au mois d’août.

 

LISTE DES TITRES AU PROGRAMME :

Septembre

Le dit du Mistral, Olivier Mak-Bouchard. Le tripode, 2022 [2020], 360 p.

https://zonelibre.leslibraires.ca/livres/le-dit-du-mistral-olivier-mak-bouchard-9782370553201.html

« Après une nuit de violent orage, un homme voit toquer à la porte de sa maison de campagne Monsieur Sécaillat, le vieux paysan d’à-côté. Qu’est-ce qui a pu pousser ce voisin secret, bourru, généralement si avare de paroles, à venir jusqu’à lui ? L’homme lui apporte la réponse en le conduisant dans leur champ mitoyen : emporté par la pluie violente et la terre gorgée d’eau, un pan entier d’un ancien mur de pierres sèches s’est éboulé. Or, au milieu des décombres et de la glaise, surgissent par endroits de mystérieux éclats de poterie. Intrigués par leur découverte, les deux hommes vont décider de mener une fouille clandestine, sans se douter que cette décision va chambouler leur vie.

S’il se nourrit des œuvres de Giono et de Bosco, Le Dit du Mistral n’est pas un livre comme les autres. C’est le début d’un voyage, un roman sur l’amitié, la transmission, sur ce que nous ont légué les générations anciennes et ce que nous voulons léguer à celles à venir. C’est un récit sur le refus d’oublier, une invitation à la vie où s’entremêlent histoires, légendes et rêves. C’est une fenêtre ouverte sans bruit sur les terres de Provence, la photographie d’un univers, un télescope aimanté par les dieux. » (https://le-tripode.net/livre/olivier-mak-bouchard/le-dit-du-mistral)

Octobre

Les impatientes, Djaïli Amadou Amal. J’ai lu, 2022 [2020], 240 p.

https://zonelibre.leslibraires.ca/livres/les-impatientes-djaili-amadou-amal-9782290252949.html

« ‟Patience, mes filles ! Munyal ! Telle est la seule valeur du mariage et de la vie.” Au nord du Cameroun, au sein des riches familles peules et musulmanes, la patience est la vertu cardinale enseignée aux futures épouses. Malheur à celle qui osera contredire la volonté d’Allah ! Entre les murs des concessions, où règnent rivalité polygame et violences conjugales, la société camerounaise condamne ces femmes au silence. Mais c’est aussi là que les destins s’entrelacent. Ramla, arrachée à son premier amour ; Safira, confrontée à l’arrivée d’une deuxième épouse ; Hindou, mariée de force à son cousin : chacune rêve de s’affranchir de sa condition. Jusqu’où iront-elles pour se libérer ? » (https://www.jailu.com/les-impatientes/9782290252949)

Novembre

Une saison dans la vie d’Emmanuel, Marie-Claire Blais. Boréal compact, 1991 [1965], 168 p.

https://zonelibre.leslibraires.ca/livres/une-saison-dans-la-vie-d-marie-claire-blais-9782890523661.html

« Cri de colère contre le Québec lugubre et bigot de la Grande Noirceur, le roman paru en 1965 raconte la vie d’une famille de pauvres paysans dans un monde d’une âpre dureté, hostile, glacial et morbide, au début du 20e siècle. Emmanuel, le dernier-né d’une famille de 16 enfants, est élevé par la grand-mère Antoinette toute-puissante. Entre la vie et la mort des frères et des sœurs d’Emmanuel règnent la misère, l’inceste, la corruption, la délinquance et l’étroitesse d’esprit, mais contre ce monde vicié s’élèvent la poésie et la rébellion des enfants, révélant des vies intérieures riches et des passions faisant contrepoids à l’aliénation. En un jeu complexe de tensions, un univers noir et dense, le roman de Marie-Claire Blais transcende le réel et dresse un tableau à la fois impitoyable et ironique du quotidien d’une famille de cette sombre époque. Traduit en une douzaine de langues, récompensé, entre autres, du prestigieux prix Médicis en 1965, le roman fit de Marie-Claire Blais une écrivaine de stature internationale. » (https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/720255/marie-claire-blais-une-saison-dans-la-vie-d-emmanuel-livre-incontournable)

Décembre

Le pays des autres, Leïla Slimani. Gallimard, 2020, 368 p.

https://zonelibre.leslibraires.ca/livres/le-pays-des-autres-leila-slimani-9782072923470.html

« En 1944, Mathilde, une jeune Alsacienne, s’éprend d’Amine Belhaj, un Marocain combattant dans l’armée française. Après la Libération, le couple s’installe au Maroc à Meknès, ville de garnison et de colons. Tandis qu’Amine tente de mettre en valeur un domaine constitué de terres rocailleuses et ingrates, Mathilde se sent vite étouffée par le climat rigoriste du Maroc. Seule et isolée à la ferme avec ses deux enfants, elle souffre de la méfiance qu’elle inspire en tant qu’étrangère et du manque d’argent. Le travail acharné du couple portera-t-il ses fruits ? Les dix années que couvre le roman sont aussi celles d’une montée inéluctable des tensions et des violences qui aboutiront en 1956 à l’indépendance de l’ancien protectorat.

Tous les personnages de ce roman vivent dans ‟le pays des autres” : les colons comme les indigènes, les soldats comme les paysans ou les exilés. Les femmes, surtout, vivent dans le pays des hommes et doivent sans cesse lutter pour leur émancipation. Après deux romans au style

Pour consulter la liste complète des œuvres lues depuis le tout début du clubs des lecture en littérature, cliquez ici. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Club en histoire

Les quatre rencontres d’une durée de deux heures coûtent 50 $. Cette activité est réservée aux membres de l’Association et est animée par Yanic Viau, spécialiste en histoire.

 

DATES DES RENCONTRES :

Groupe 1 : en mode PRÉSENTIEL : mercredi 7 septembre, 5 octobre, 9 novembre et 7 décembre de 19 h à 21 h (Complet)

Groupe 2 : en mode VIRTUEL : mercredi 21 septembre, 19 octobre, 23 novembre et 14 décembre de 19 h à 21 h (Disponibilité – 4 places)

 

Vous pouvez vous inscrire en envoyant un courriel à l’adresse suivante : amis@banq.qc.ca.

Votre confirmation d’inscription ainsi que les modalités de paiement (en mode électronique) vous seront envoyées au retour de nos vacances en août.

Prenez note que les places sont attribuées selon le principe du « premier arrivé, premier servi ». S’il reste encore des places, nous ouvrirons à nouveau les inscriptions au mois d’août.

 

LISTE DES TITRES AU PROGRAMME :

Septembre

Mononk Jules, SIOUI, Jocelyn, Wendake, Hannenorak, 2020, 324 pages.

Il existe dans chaque famille des histoires qui laissent des traces pour des générations. Des micromythes qui ne sortent pas de la microcellule familiale. Qu’on entretient un peu comme… comme le feu d’un poêle à combustion lente : une bûche de temps en temps. Mononk Jules reconstitue le parcours de Jules Sioui, un Wendat qui a bousculé l’Histoire canadienne avant de sombrer dans un énorme trou de mémoire familial et historique. Dans sa tentative de comprendre comment s’écrit l’Histoire (ou comment elle ne s’écrit pas) l’auteur se retrouve, malgré lui, face à un colosse aux pieds d’argile. Comédien, dramaturge et marionnettiste, Jocelyn Sioui tire ici sur les petits et grands fils de l’histoire de cet énigmatique grand-oncle, héros autochtone du 20e siècle » (source : site de l’éditeur).

Octobre

La Chine en 100 questions : la puissance et les failles, NIQUET-CABESTAN, Valérie, , Paris, Tallandier, 2021 (coll. « Texto »).

Existe-t-il des limites à la toute-puissance du Parti communiste ? La question environnementale est-elle sans espoir ? Que signifient les tensions avec Taïwan ? Quelle est la réalité de l’interdépendance économique entre la Chine et les États-Unis ? En quelques décennies, la Chine est devenue la deuxième puissance mondiale. L’ampleur de son marché, ses choix stratégiques mais aussi ses déficiences impactent l’avenir de tous, comme l’a démontré la pandémie de Covid-19 partie de Wuhan. Révélant son vrai visage, autoritaire et nationaliste, la Chine de Xi Jinping trace ses nouvelles routes de la soie pour renforcer son influence globale, réinvestit militairement la haute mer, réprime au Xinjiang et contrôle son peuple d’une main de fer. En 100 questions/réponses, voici un tableau passionnant de l’« hyperpuissance » chinoise, trop longtemps objet d’une fascination sans recul » (source : site de l’éditeur).

Novembre

Brève histoire des institutrices au Québec de la Nouvelle-France à nos jours, DUFOUR, Andrée et Micheline DUMONT, Montréal, Boréal, 2004, 224 p. (coll. « Brève histoire »), 17,95$. 

 « Maîtresses d’école », « institutrices », « enseignantes ». Ces diverses appellations recouvrent un même objet d’étude : les femmes qui enseignent. Ce livre rend compte de l’expérience et de la contribution des femmes qui ont enseigné aux jeunes enfants, aux élèves du primaire et de l’élémentaire, depuis le XVIIe siècle jusqu’à nos jours.  C’est durant la période 1639-1801 qu’on assiste à l’émergence du métier d’institutrice en Nouvelle-France, selon le modèle importé de la France métropolitaine. (…) [Après des chapitres survolant quelques siècles d’histoire], le dernier chapitre trace le portrait de l’« institutrice aujourd’hui » (…) alors que (…) les institutrices doivent composer avec le changement des valeurs et les nouvelles réalités de la société québécois ». (source : site de l’éditeur).

Décembre

La chute de Rome : fin d’une civilisation, WARD-PERKINS, Bryan,. Paris, Flammarion, 2007, 368 p. (coll. « Champs Histoire »), 21,95$.

 « 4 septembre 476. Le jeune empereur Romulus Augustule est contraint d’abdiquer par Odoacre, roi des Hérules. L’empire romain d’Occident disparaît. Aujourd’hui encore, l’événement fait débat. La plupart des historiens se refusent à voir dans la chute de Rome un déclin, préférant parler d’une « transformation» lente et progressive de la société, d’une «transition» entre l’Antiquité tardive et le Moyen Âge. Pour l’historien et archéologue Bryan Ward-Perkins, c’est là oublier l’essentiel. La chute de Rome signe bien la mort d’un monde. En se basant sur ses travaux archéologiques novateurs et sur des récits qui nous font revivre cette période tourmentée, il démontre que les invasions barbares eurent de graves répercussions dans tous les domaines de la société : politique, économique, religieux et technique. Il raconte, avec verve, érudition et passion, l’effondrement spectaculaire d’une civilisation qui retombe à l’âge du fer et mettra plusieurs siècles à se relever » (source : site de l’éditeur).

Pour consulter la liste complète des œuvres lues depuis le tout début des clubs de lecture en histoire, cliquez ici.

 

 

 

 

 

Généralités

Une entente avec la librairie Zone Libre, située au 262 Sainte-Catherine Est, permet d’obtenir les titres de la session avec un rabais de 15%. Il suffit de présenter sa carte de membre des Amis pour y avoir droit.

Tous les membres en règle reçoivent l’information quant aux modalités d’inscription. Les places sont limitées.

ADHÉSION ET RENOUVELLEMENT

Devenez membre et vous pourrez ainsi profiter des nombreuses activités offertes.